SSRAJ : Coupons Gratuits de Planification Familiale pour les Adolescents et Jeunes

De quoi s’agit-il?

Les coupons gratuits de planification familiale pour les adolescent(e)s et jeunes sont des bons gratuits émis par les Villes, les Partenaires Techniques et Financiers ou même le Système de santé. Ces bons gratuits sont offerts aux adolescent(e)s et jeunes âgés de 15 à 24 ans qui en réclament lors des activités de génération de la demande. Ils leur permettent de bénéficier des services gratuits de planification familiale dans les structures de santé du secteur public ou privé appuyées dans le cadre des programmes. Ces coupons sont distribués par les Relais Communautaires et les animateurs des associations de jeunes au cours de leurs activités pour faciliter l’accès des adolescent(e)s et jeunes aux services de planification familiale. Ces coupons permettent également de mesurer l’efficacité des activités de génération de la demande. A la fin de chaque trimestre, les structures de santé ayant offerts les services gratuits de PF aux adolescent(e)s et jeunes sur présentation des coupons gratuits, font leurs points et adressent une facture à la ville pour se faire rembourser.

Quels sont les bénéfices de cette approche?

L’approche permet de :

  • Lever les barrières financières à l’utilisation des méthodes modernes de contraception par les adolescent(e)s et jeunes de 15 à 24 ans ;
  • Accroitre l’accès des adolescent(e)s et jeunes aux services de santé sexuelle et de la reproduction en général et ceux de la planification familiale en particulier ;
  • Créer la demande pour les services de planification familiale (PF) et de santé sexuelle et de la reproduction des adolescent(e)s et jeunes (SSRAJ) ;
  • Augmenter la fréquentation des services de PF/SSRAJ ;
  • Satisfaire les besoins non satisfaits en PF chez les adolescent(e)s et jeunes.

Comment la mettre en œuvre? 

L’approche des coupons gratuits de PF pour les adolescent(e)s et jeunes se déroule en dix (10) étapes.

Étape 1 : Elaborer le programme des coupons

Il est important d’élaborer d’abord le programme des coupons avant son lancement. Ce programme décrit la stratégie d’une manière générale. Il précise la manière dont chaque étape de l’approche sera mise en œuvre en pratique dans le contexte spécifique du programme. Toutefois, l’utilisation des coupons pour accroitre l’accès des adolescent(e)s et jeunes aux services de PF/SSRAJ devrait s’inscrire dans le cadre d’un programme plus global de promotion de la PF/SSRAJ.

Étape 2 : Mobiliser les fonds

La mobilisation des ressources financières ou plus précisément des fonds pour le paiement, la prise en charge ou le remboursement des coupons est une étape primordiale. Sans la mobilisation au préalable et si possible dans un compte bancaire, des fonds nécessaires pour la prise en charge du nombre de coupons qui seraient mis en circulation, le programme est voué à l’échec. Cette étape s’avère donc cruciale pour la réussite de l’approche. Les fonds peuvent provenir de diverses sources (municipalités, partenaires techniques et financiers, le secteur privé non sanitaire, secteur de la santé etc.).

Étape 3 : Signer un mémorandum d’entente (MOU) avec le système de santé pour la mise en œuvre de l’approche

Le MOU est un accord écrit qui décrit l’objet, les éléments pris en compte, les conditions de délivrance des services, les conditions de paiement et ainsi de suite. La signature du MOU passe d’abord par une négociation du programme des coupons avec toutes les parties prenantes, qui peuvent comprendre les responsables sanitaires au niveau local (district ou zone sanitaire), les responsables des structures sanitaires qui honoreront les coupons, qu’elles soient publiques ou privées, et le bailleur de fonds des coupons, qu’il s’agisse de la municipalité ou d’une ONG. Au cours de cette négociation, on explique l’approche, on définit les services à offrir et les coûts qui seront supportés par les coupons (consultation, carnets, cartes, tickets modérateurs, fiches, consommables médicaux, produits contraceptifs, actes ou prestations cliniques, test biologique de grossesse, counseling et dépistage des IST/VIH, prise en charge des IST etc.). En pratique, on se base sur les coûts ordinairement pratiqués par les structures de santé pour définir un paquet de services prenant en compte tous les intrants y compris les carnets et cartes puis, on fixe les coûts ou le montant des coupons. Pour être équitables, ces montants doivent être variables selon le type de service offert. Pour l’exemple, le choix d’une pilule offerte ne pourrait coûter le prix que le choix d’un implant offert. Dans le cas où les services de PF sont gratuits, on calcule les coûts résiduels payés par les clients et ce sont ces coûts que les coupons gratuits prendraient en compte. Ces négociations sont menées aussi bien avec les structures de santé du secteur public que du secteur privé. Les modalités de remboursement (soumission de factures détaillées, périodicités de soumission et délais de paiement) par la municipalité ou le partenaire sont également négociées. Le tout est consigné dans un MOU que les différentes parties prenantes (district/zone sanitaire ou structure sanitaire privée, municipalité ou partenaire technique et financier) signent en bonne et due forme.

Étape 4 : Concevoir et imprimer les coupons

La conception et l’impression des coupons ne peuvent se réaliser que lorsqu’on a fini les négociations avec le système de santé. On pourrait faire l’option de mettre les montants sur les coupons ou non. Les coupons peuvent se présenter en support papier ou en version électronique. Si les coupons sont conçus en version électronique, ils pourraient être gérés automatiquement par une plateforme avec des terminaux mobiles qui lui sont reliés. On pourrait également avoir des coupons avec des codes-barres. Outre les informations d’identification, il est important de lister tous les services pris en charge sur le coupon et prévoir des cases pour que le prestataire puisse cocher les services fournis. Il faudrait également prévoir de la place pour y inscrire le nom et les contacts téléphoniques des agents distributeurs. Ceci permettra aux adolescent(e)s et jeunes ayant reçu les coupons de les contacter en cas de besoin.

Étape 5 : Sensibiliser les prestataires de services de santé

La signature d’un MOU avec les responsables sanitaires au niveau du district ne suffit pas pour que les adolescent(e)s et jeunes puissent se présenter dans les structures de santé munis des coupons pour être servis. Une grande campagne de sensibilisation des prestataires devrait être entreprise par toutes les parties prenantes signataires du MOU. A cet effet, les responsables sanitaires au niveau du district initient une note de service pour informer les responsables des structures de santé sous leur administration, de la mise en place des coupons. Les responsables des formations sanitaires organisent à leur tour, des réunions pour une large information de tout le personnel de chaque structure. Au cours de ces réunions, le circuit d’offre de service et de remboursement des coupons sont expliqués et débattus pour que tout le personnel ait la même compréhension de l’approche. Il en sera de même pour les structures sanitaires privées. La municipalité ou le partenaire entreprend à son tour, une tournée de vérification du niveau d’information des agents de santé ou des prestataires de services avant de lancer les coupons au sein de la communauté. Au cours de cette tournée, la municipalité ou le partenaire présente les spécimens des coupons aux prestataires. Ce n’est seulement lorsque qu’on est sûr que la plupart des prestataires du district/zone sanitaire concerné est informé y compris les structures privées, que l’on pourrait lancer les coupons. Ce travail de sensibilisation est une activité qui pourrait se poursuivre dans le temps pour tenir informés, les agents nouvellement affectés au poste. Les Jeunes Leaders Transformels (JLT) ou les autres associations de jeunes de la localité peuvent être impliqués dans cette activité de sensibilisation des prestataires sur les coupons.

Étape 6 : Identifier et orienter les agents de distribution des coupons

Afin de garantir du succès aux coupons, il faut dissocier le circuit de distribution du circuit de prestation des services. Autrement, il n’est pas indiqué que ce soit les agents de santé ou les prestataires qui offrent les services qui assurent également la distribution des coupons. Cette séparation des rôles permet d’éviter des conflits d’intérêts. La distribution des coupons peut alors être confiée aux Relais Communautaires, associations de jeunes, organisations de la société civile, organisations à base communautaire ou agents municipaux. D’une manière générale, la distribution des coupons est toujours accompagnée d’information au préalable des adolescent(e)s et jeunes sur la planification familiale. Ce n’est donc qu’après avoir compris le message que l’adolescent(e) ou jeune pourrait exprimer le besoin de coupon et ce n’est également qu’à partir de cet instant, que l’agent distributeur pourrait lui en fournir. C’est pour cette raison qu’il est fortement conseillé de ne distribuer les coupons qu’au cours des activités de génération de la demande.

Étape 7 : Organiser la distribution des coupons

Il faut d’abord orienter les agents distributeurs sur les coupons et comment les distribuer. Une fois cette orientation réalisée, on peut maintenant lancer les coupons en ciblant les milieux à forte concentration des adolescent(e)s et jeunes d’une manière générale et des adolescent(e)s et jeunes vulnérables des milieux urbains pauvres en particulier. On peut citer les écoles et universités, centres de formation professionnelle, lieux de travail ou d’apprentissage de métier pour les adolescent(e)s et jeunes extrascolaires, les marchés, les abords de rues, les services municipaux etc.

Étape 8 : Superviser et suivre la distribution des coupons et l’offre des services

Il est conseillé d’organiser des descentes sur le terrain pour observer les agents distributeurs des coupons en situation réelle de travail. Ceci permet de corriger les faiblesses de la distribution et de résoudre d’éventuels problèmes rencontrés. Ensuite, on organise des réunions trimestrielles de suivi avec ces agents pour faire le point du nombre de coupons distribués. De même, il faut organiser au moins une fois par trimestre, une visite aux formations sanitaires publiques comme privées pour s’assurer de l’effectivité de l’offre des services de qualité aux adolescent(e)s et jeunes munis des coupons. Sans être une supervision formelle, ces genres de visites permettent de s’assurer du bon accueil des clients adolescent(e)s et jeunes, de la disponibilité des intrants notamment les produits contraceptifs et les consommables médicaux. Elles permettent également de s’assurer que les adolescents et jeunes munis de coupons ne payent aucun autre frais avant de bénéficier des services. Il arrive parfois que certains agents créent de faux frais pour soutirer un peu d’argent aux adolescent(e)s et jeunes. On peut leur demander de payer pour un carnet qui n’est pas pris en compte par le coupon ou encore pour un test biologique de grossesse pour être sûr que l’adolescente ou la jeune femme n’est pas enceinte avant de lui administrer la méthode. Si tel devait être le cas, ce problème devrait être abordé au cours des négociations et le coût d’une telle prestation devrait être pris en compte dans le montant des coupons. Il revient donc aux gestionnaires du programme d’être vigilants pour surveiller tous ces aspects. Des interviews à la sortie des clients pourraient permettre de savoir si les bénéficiaires payent des frais malgré qu’ils soient munis des coupons ou pas et si les services reçus sont satisfaisants de leur point de vue.

Étape 9 : Rembourser les coupons servis

Selon les clauses du MOU, le district sanitaire fait à la fin de chaque trimestre, le point des coupons servis centre par centre en vue de la soumission d’une facture détaillée à la municipalité ou au partenaire pour remboursement. Pour ce qui concerne les structures privées, elles adressent directement leurs factures détaillées pour remboursement sans passer par le district ou zone sanitaire. Il est important de noter ici que c’est l’institution ou la structure qui adresse la facture pour paiement et non un agent ou un prestataire de services qui le fait pour son propre compte. Dès que la municipalité ou le partenaire reçoit la facture, il procède aux vérifications puis au paiement par chèque ou virement bancaire au nom de la structure (district/zone sanitaire ou la structure sanitaire privée) au plus tard dans les 30 jours qui suivent la soumission de la facture. Toutefois, au cas où la structure privée ne disposerait pas de compte bancaire, le chèque pourrait être libellé au nom du bénéficiaire désigné dans le MOU.

Étape 10 : Collecter et analyser les données puis, disséminer les résultats

Une fiche récapitulative des coupons distribués mensuellement est conçue et mise à la disposition des agents distributeurs afin qu’ils produisent leurs rapports mensuels. A partir de ces rapports et des souches de coupons présentés, l’équipe de gestion du programme récapitule le nombre total de coupons distribués. Dans les services de santé, les coupons collectés permettent de calculer le nombre de coupons servis et d’apprécier le taux de retour des coupons. Le dépouillement de ces coupons et des données des registres (registre de fréquentation des services adaptés et registres de PF) permettra de comprendre le type de services offerts, le nombre de nouvelles utilisatrices recrutées et le mix des méthodes adoptées par les adolescent(e)s et jeunes à travers les coupons. Il serait également possible de tracer le profil des utilisateurs de coupons à partir des données sociodémographiques collectées dans les registres afin d’évaluer dans quelle mesure, les adolescent(e)s et jeunes visés sont en train de bénéficier des services qui leurs sont dédiés. Ces résultats sont partagés avec les Comités conjoints de pilotage, les Comités multisectoriels de coordination et de suivi de la SSRAJ à divers niveaux et à travers diverses plateformes telles TCI-University, les conférences et autres instances permettant la diffusion des résultats.

 Indicateurs

Sept (7) indicateurs permettent de suivre la performance du programme des coupons. Il s’agit du :

  • Nombre de coupons distribués ;
  • Nombre de coupons servis ;
  • Taux de retour des coupons aux services de santé ;
  • Type de services offerts à travers les coupons ;
  • Nombre de nouvelles utilisatrices recrutées à travers les coupons ;
  • Mix des méthodes adoptées à travers les coupons ;
  • Profil des utilisateurs de coupons gratuits de PF.

Conseils

  • Il faudra prendre le temps nécessaire (qu’il faudra) pour bien sensibiliser les agents de santé et les prestataires de services sur la nouvelle approche des coupons avant son lancement.
  • Il faut bien définir les services et les coûts tout au début de la mise en œuvre afin d’éviter des spéculations de la part des prestataires de services au cours de la mise en œuvre du programme.
  • Il faut également inscrire les coupons dans un processus global d’amélioration de la qualité des services adaptés aux adolescent(e)s et jeunes, ce qui permet d’offrir des services de bonne qualité aux bénéficiaires des coupons. Pour ce faire, il faudra entre autres, former les prestataires sur la réduction des biais, orienter tout le personnel du site sur la SSRAJ, assurer la disponibilité des produits contraceptifs.

Défis

  • Remboursement des structures de santé dans le délais : les agendas politiques ne sont pas toujours superposables à ceux des services sociaux notamment la planification familiale. Lorsque c’est la municipalité qui prend en charge les coupons, le remboursement des services de santé pourrait prendre un peu plus de temps ou pourrait être différé pour plusieurs raisons, ce qui entrainerait un dysfonctionnement dans le système. Les agents de santé auraient plus de préférence à servir les clients qui viennent sans coupons que les clients qui viennent avec des coupons. Pour éviter cette situation, il faudra impliquer les Jeunes Leaders Transformationnels (JLT) dans le processus de plaidoyer continu auprès des autorités locales afin qu’elles honorent leurs engagements.
  • Garantir des services totalement gratuits pour les adolescents et jeunes : il arrive souvent que de nouveaux coûts non pris en compte par les coupons soient identifiés par les prestataires ou apparaissent au moment d’offrir les services aux adolescent(e)s et jeunes. Ainsi, il est demandé aux adolescent(e)s et jeunes de payer ces frais avant de bénéficier des services. Pour éviter ces genres de situation, il faut bien négocier les services à prendre en compte par les coupons au début de la stratégie et les mentionner dans le MOU. Il faudra également suivre l’offre des services et réaliser des interviews à la sortie des clients.
  • L’effectivité des services déclarés : afin de mobiliser plus de ressources, certains prestataires augmentent les quantités ou insèrent des services non éligibles aux coupons dans les factures. Pour contrecarrer ces genres de pratique, il faut rester vigilant, vérifier les « désignations » et « quantités » inscrites sur les factures soumises aux remboursements, comparer systématiquement les services et quantités déclarées aux coupons servis avant de procéder au paiement. Toutefois, il ne faudrait pas que cette vérification empiète sur les délais de remboursement.

 Preuves

  • Entre 2017 et 2018, Marie Stopes International a mis en œuvre en Ouganda, un programme de coupons gratuits pour faciliter l’accès aux services de planification familiale pour toutes les femmes en général mais également, des coupons ciblant les jeunes de 15 à 19 ans. Après un an et demi d’intervention, le taux d’utilisation des services de planification familiale par les jeunes de cette tranche est passé de 10% (situation de coupons pour toutes les femmes) à 35% (situation de coupons ciblant les jeunes de 15 à 19 ans).
  • D’autres études avaient également révélé que : « In several reproductive health voucher programs vouchers increased service utilization. In Kenya after two years of voucher program implementation, assisted deliveries increased by 57% and the overall average increase in use of family planning services was 69% (Janisch et al. 2010). Facility based deliveries in Cambodia and Bangladesh were higher in voucher program areas compared to control areas (Hatt et al. 2010) ».

Estimation des coûts

Ils sont surtout liés :

  • aux frais de prise en charge même des coupons (remboursement des coupons servis aux structures de santé) ;
  • à la conception et l’impression des coupons. Si ces derniers devaient être électroniques, on aurait toute une plateforme à mettre en place et des terminaux mobiles à acquérir pour ne citer que ceux-là ;
  • à la sensibilisation des agents de santé ou prestataires de services ;
  • à l’orientation des agents distributeurs ;
  • à la prise en charge des frais des agents de distribution (frais de déplacement, per diem…) ;
  • aux frais des activités de suivi et de contrôle.

Durabilité

La prise en compte des frais liés aux coupons par les municipalités dans leurs budgets garantit sa durabilité. Par rapport à la distribution des coupons, elle doit être intégrée aux activités de génération de la demande pour ne pas générer d’autres coûts supplémentaires.

Prendre une Évaluation et Obtenir un Certificat

Approach Content