Le rénovation d'espaces pour les jeunes entraîne une augmentation de l'utilisation des services SSRAJ au Sénégal

20 octobre 2021

Contributeurs : Fatimata Sow et Annette McFarland

La dédicace du centre de santé de Cabrousse après le rénovation.

Quatre centres de santé dans les municipalités de Ziguinchor, Oussouye et Thionck-Essyl au Sénégal ont récemment bénéficié d'un réaménagement de leurs espaces intérieurs afin d'offrir des services de conseil aux jeunes et de Santé Sexuelle et de la Reproduction des Adolescents et des Jeunes (SSRAJ). Avant ces rénovations, trois des centres de santé - Djibock, Cabrousse et Oussouye - ne disposaient pas d'espaces exclusivement dédiés aux jeunes. Le quatrième - le centre de santé IME - avait un espace pour les jeunes, mais il était délabré et peu attrayant.

The Challenge Initiative (TCI) en Afrique de l'Ouest francophone a adapté la Rénovation d'une clinique de 72 heures approche du Nigéria pour aménager des espaces exclusivement réservés aux adolescents et aux jeunes dans le but d'améliorer la qualité des conseils et des services SSRAJ. La mairie de Ziguinchor a contribué à la sélection des centres de santé à rénover avec la participation des jeunes leaders transformationnels  ou JLT, du personnel du centre de santé et du personnel universitaire. Pour chaque transformation, les fenêtres et les portes ont été remplacées, les plafonds ont été réparés et les espaces ont été peints. De nouvelles tables, chaises, classeurs et un télévision ont été fournis à chaque espace dédié à la SSRAJ.

Avant les transformations, les quatre centres de santé ont connu une faible fréquentation des jeunes âgés de 15 à 24 ans cherchant des conseils et des services SSRAJ. En mai 2021, seuls 401 adolescents et jeunes ont reçu une méthode de planification familiale dans ces centres de santé. Aujourd'hui, quel que soit l'après-midi, il est courant de trouver ces espaces remplis de jeunes qui assistent aux causeries sur des sujets de santé sexuelle ou qui cherchent à obtenir des conseils et des services auprès de prestataires de soins de santé. En septembre 2021, ces quatre centres de santé ont fourni des méthodes de planification familiale à 597 adolescents et jeunes âgés de 15 à 24 ans, soit une augmentation de près de 50 % par rapport à mai 2021.

Aïssatou Diatta, une JLT à Oussouye, a déclaré :

Pour nous les jeunes, pouvoir se retrouver dans un espace équipé, qui plus est dans un cadre de santé, est pour nous un grand réconfort et témoigne à quel point le travail entrepris entre TCI, la municipalité et les acteurs de la santé prennent à cœur les problèmes de santé des adolescents et des jeunes. Ces lieux dédiés aux jeunes constituent une véritable aubaine pour nous, particulièrement les jeunes adolescentes."

Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Balde, a déclaré :

La municipalité de Ziguinchor reconnaît qu'une meilleure prise en charge de la santé sexuelle des adolescents et jeunes à travers des espaces dédiés pour une éducation sexuelle adaptés signifie une meilleure croissance de population jeune, en bonne santé qui bénéficie d'emplois décents. Nous pourront alors tirer profit du dividende démographique."

Deux autres centres (le centre de santé de Bignona et un second à Ziguinchor) sont prévus pour être transformés.