Autonomiser les femmes en matière de planning familial grâce à la mobilisation volontaire dans l'État d'Abia, au Nigeria

27 juillet 2020

Contributeur : Priscilla Omang

En lançant des activités de génération de la demande dans l'État d'Abia, la Commission a TCI formé les populations indigènes de l'État d'Abia à la communication pour le changement social et comportemental (SBCC) et a ensuite inauguré un comité SBCC composé de membres d'organisations de la société civile (OSC), d'associations de jeunes, d'agences gouvernementales et parapubliques, et d'éducateurs en matière de santé des collectivités locales (LGA). L'une des principales fonctions du comité est de tirer parti des événements indigènes pour sensibiliser les hommes et les femmes en âge de procréer à la planification familiale. Une sensibilisation accrue au planning familial a été obtenue grâce aux membres du comité SBCC de l'État qui mènent volontairement des activités de mobilisation. Dans l'AGL d'Ohafia, l'éducatrice sanitaire de l'AGL a mené des activités de mobilisation volontaire - ce qui signifie qu'elle a mené les activités de mobilisation toute seule sans campagne spéciale ni remboursement de la part de TCI - et a eu un impact positif sur la vie des trois femmes suivantes qui ont décidé d'accéder aux services de planning familial grâce à ses efforts.

En parlant de sa motivation à mener des activités de mobilisation volontaire, l'éducatrice en santé de l'AGL Ohafia a expliqué :

Je sais ce que les femmes vivent, comment elles souffrent et combien elles se sentent honteuses lorsqu'elles ont des grossesses non désirées. Certaines sont maltraitées par leur mari et sont traitées comme des prostituées qui ont un grand désir sexuel et je le ressens tellement. Je connais des femmes qui paniquent beaucoup chaque fois qu'elles n'ont pas leurs règles. Une des femmes que j'ai rencontrées a failli être expulsée de son mariage lorsqu'elle est tombée enceinte de son quatrième enfant parce que son mari ne voulait que trois enfants. La plupart des femmes ne veulent pas avoir plus d'enfants mais ne savent pas comment s'y prendre. La plupart d'entre elles sont préoccupées par les effets secondaires et les idées fausses. J'ai le sentiment que si je suis capable de répondre à leurs craintes, elles pourront accéder aux services de PF et seront plus heureuses. Je sens que j'ai la responsabilité de répondre aux difficultés des femmes ; c'est ce qui me motive à faire de la mobilisation volontaire".

Certaines des femmes contactées par l'éducateur sanitaire du LGA ont partagé leur parcours vers l'adoption du planning familial.

 

Diapositive

Au cours d'une activité de sensibilisation dans la communauté d'Asaga, dans l'AGL Ohafia, Onyekachi Kalu, une jeune femme de 24 ans, mère de quatre enfants, a été approchée par l'éducateur sanitaire qui lui a enseigné le planning familial. Elle a accepté un formulaire d'orientation vers l'établissement de santé le plus proche. Après avoir rendu visite au prestataire de santé, Onyekachi a adopté une méthode moderne de planification familiale. Libérée de la peur d'une grossesse non désirée, Onyekachi peut maintenant se concentrer sur l'amélioration de sa qualité de vie et de celle de ses enfants.

Je n'avais pas prévu de commencer à avoir des enfants très tôt, mais je me suis engagée dans une relation qui a fait de moi une jeune mère dès mon plus jeune âge. Je ne voulais pas non plus avoir le nombre d'enfants que j'ai mais je ne pouvais pas empêcher les grossesses de venir.

ONYEKACHI KALU

Grace Kalu Amaechi, 37 ans, mère de quatre enfants vivant dans la communauté d'Ebem, dans l'AGL d'Ohafia, a également été contactée par l'éducateur sanitaire. Grace a refusé d'accéder au planning familial par crainte des effets secondaires. Lors des activités de sensibilisation au planning familial à l'église évangélique de l'AGL d'Ohafia, Grace a participé à la réunion des femmes, tandis que son mari a assisté à la réunion de l'association des hommes. Au cours de ces réunions, tous deux ont reçu des explications détaillées sur les méthodes modernes de planification familiale et leur sécurité. Son mari, qui connaissait la peur des effets secondaires de Grace, a ensuite entamé une conversation avec sa femme et l'a encouragée à adopter une méthode. Grâce à ses encouragements, elle s'est rendue chez un prestataire de soins proche et a reçu des conseils avant d'accepter une méthode.

GRACE KALU AMAECHI

Nnenna Ezera, 35 ans, mère de sept enfants et vendeuse d'akara et d'akamu (spécialités locales de l'État d'Abia) sur le bord de la route, a eu du mal à subvenir aux besoins financiers de sa famille. Au cours d'une mobilisation volontaire dans l'AGL d'Ohafia, Nnenna a reçu des informations sur les différentes méthodes de planning familial et a été orientée vers un prestataire de services de planning familial formé. Elle s'est rendue sur place et a depuis accepté une méthode de planification familiale.

NNENNA EZERA

Nouvelles récentes